Une bonne phrase d’accroche en droit

2 septembre 2019 |  Catégorie:  Astuces  

La phrase d’accroche est celle qui va permettre au correcteur de mordre dans votre devoir. Elle sera, a de rares exceptions près, toujours lue. Elle ouvre votre introduction, qui, dans le cas du commentaire d’arrêt, est la partie qui peut vous rapporter le plus de points de façon sûre.

En choisir une bonne n’est pas évident.

La reine des phrases d’accroche est la citation.

De manière générale, plus une citation est large, moins elle est bonne. Pourtant, elle ne doit pas être trop précise non plus : elle marque le début de l’entonnoir que doit former votre introduction, jusqu’au problème de droit.
Quand vous avez du temps pour rédiger votre devoir, préférez donc une citation qui soit adapté à votre sujet.

Pour repérer une citation adaptée, vous devez avoir lu et compris l’arrêt. De quoi parle t-il ? Si vous deviez le résumer à un seul mot, lequel serait-il ? Ce problème de droit se retrouve t-il dans d’autres domaines, en sciences sociales, en politique, en philosophie ? Vous pouvez vous permettre au moment de la citation de piocher dans des disciplines qui ne sont pas entièrement juridiques.

Une citation comme « Où est ton papa ? Dis-moi où est ton papa ? Sans même devoir lui parler, il sait ce qui ne va pas » de Stromae peut paraître osé; mais elle peut passer dans un commentaire en droit de la famille dont la problématique serait centrée autour de la garde des enfants. Attention toutefois à ne pas la laisser isolée : une phrase peut rattacher la citation à votre sujet, en explicitant par exemple que le succès d’une telle musique ne s’explique qu’en partie par le talent musical de l’artiste, et que son meilleur atout est de se faire l’écho des préoccupations de la société française au moment de sa parution. Il est souvent facile de rattacher une citation à la société, et la société au droit : profitez-en.

Si vous savez de source sûre que votre correcteur n’apprécie pas les fantaisies et adule les auteurs classiques, il n’y a qu’une recherche intensive de citations par mots clef ou une lecture attentive d’ouvrages sur le sujet qui pourront vous aider. Vous pouvez également essayer de rechercher dans l’actualité journalistique des mots d’hommes politiques ou de célébrités du monde juridique afin de trouver la perle rare.

La citation ne doit pas forcément aller dans le sens de votre développement. Elle peut même argumenter en son sens contraire, si vous prenez le temps de préciser l’antagonisme entre les paroles rapportées et la solution de l’arrêt. Le juriste, je crois pouvoir l’affirmer sans crainte, a un petit faible pour les railleries sur la stupidité d’autrui.

Dans tous les cas, ne laissez pas la recherche de citation vous prendre plus de temps qu’elle ne devrait. Cette remarque est d’autant plus vraie en période d’examen : sur trois heures d’épreuve, n’y passez pas plus de cinq minutes. Si aucune citation ne vous vient à l’esprit passé ce délai, tentez une phrase d’accroche plus classique. Parlez donc de mondialisation, d’échanges accrus par le numérique, de société de l’information, ou d’autre thème bateau. Votre correcteur ne vous en tiendra nullement rigueur tant que celle-ci se raccorde au sujet, et qu’elle effectue correctement son travail de mise en bouche de l’arrêt.




Autres articles: